Soucieux de mieux concilier sécurité aérienne et énergie éolienne, le ministère fédéral du Numérique et des Transports (BMDV), l’Office fédéral de contrôle de la sécurité aérienne (BAF) et la société DFS Deutsche Flugsicherung GmbH ont mis en œuvre toute une batterie de mesures ces derniers mois. Le but recherché était d’assurer le bon fonctionnement des installations de sécurité aérienne tout en intégrant aussi largement que possible les préoccupations touchant à la politique énergétique, pour aboutir finalement à une extension des surfaces consacrées à l’aérien terrestre. Une partie importante des résultats a été obtenue par l’Agence fédérale de métrologie (PTB, Physikalisch-Technische-Bundesanstalt) dans le cadre du projet de recherche WERAN (Wechselwirkung Windenergieanlagen und Radar/Navigation, Interaction Éoliennes et Radar/Navigation) financé par le ministère de l’Économie et de la Protection du climat. En même temps, les mesures prises par la sécurité aérienne constituent la transposition d’éléments importants des orientations approuvées conjointement le 5 avril 2022 par le ministère des Transports et celui de l’Économie.

Volker Wissing, ministre des Transports : « L’éolien est d’une grande importance pour fournir à notre pays une énergie qui ne nuise pas au climat. Pour le développer plus rapidement, nous avons réussi, en un temps très court, à réduire sur la base des toutes dernières avancées scientifiques les distances entre les éoliennes et les installations de sécurité aérienne et de météorologie. Nous avons ainsi éliminé un obstacle majeur au développement de l’éolien terrestre. J’adresse mes remerciements à toutes les personnes impliquées qui ont su, grâce à leur engagement et aux échanges constructifs dont ils ont été les acteurs, réaliser la synthèse des différentes exigences. »
Robert Habeck, ministre de l’Économie : « Plus de place pour l’éolien tout en maintenant la sécurité de la radionavigation, c’est un énorme pas en avant et un progrès capital pour le développement de l’éolien. La coopération fructueuse entre les autorités du transport aérien et le ministère des Transports est une excellente démonstration de la manière dont nous écartons les obstacles à tous les niveaux pour accélérer le développement des énergies renouvelables. »

Réduction du périmètre de sécurité

Le ministère de l’Économie et son homologue du Numérique et des Transports avaient convenu au mois d’avril dernier de réviser les périmètres de sécurité des installations de sécurité aérienne sur la base des données scientifiques résultant du projet WERAN. DFS est désormais en mesure, en s’appuyant sur de nouveaux critères, de réévaluer les périmètres de sécurité des radiobalises VOR Doppler et de déterminer s’ils peuvent être réduits à un rayon de 7 km, comme le propose l’Agence fédérale de métrologie PTB. C’est à l’intérieur de ces 7 km que les projets de construction doivent prendre en compte les aspects relatifs à la sécurité aérienne. Ce réexamen commence ce 1er août, son achèvement étant prévu pour la fin de l’année. Les conclusions disponibles actuellement permettent de réduire dès ce premier août les périmètres de sécurité des radiobalises VOR Doppler de Klasdorf, Gedern et Fulda. DFS prévoit que la réduction pourra être appliquée à de nombreux autres sites, ce qui supprimera un des obstacles à la mise en projet des éoliennes. 

Une nouvelle formule de calcul pour les VOR conventionnels  

La perturbation des informations de navigation transmises par les radiobalises, ou erreur angulaire, susceptible d’être causée par les éoliennes, se détermine à l’aide d’une formule mathématique. DFS et la PTB ont pu mettre au point une nouvelle formule permettant d’affiner les prévisions. Une autre formule élaborée conjointement est déjà en application depuis 2020 pour les VOR doppler, plus robustes, avec pour résultat un taux d’accord de plus de 90 p. cent. Ce même taux devrait également augmenter pour les VOR conventionnels, pour lesquels une nouvelle formule de calcul est attendue pour la fin du mois de septembre prochain. 

Une plus grande tolérance à l’égard des erreurs angulaires


Le réexamen des exigences de performances requises par la navigation de surface d’une part, la modification technique des équipements de navigation d’autre part, permettent dorénavant une plus grande tolérance à l’égard des erreurs angulaires, notamment celles causées par les éoliennes, et par conséquent le doublement, voire plus, du budget d’erreurs disponible, de 1,0° aujourd’hui à 1,5° ou 2,1° - selon le type d’installation. Il en résulte la possibilité d’augmenter le nombre d’éoliennes en les installant dans le périmètre de sécurité des radiobalises VOR.

Démolition et conversion des radiobalises VOR


À l’occasion de la mise en place de systèmes de navigation plus modernes et de plus en plus souvent assistés par satellite, DFS mène actuellement une campagne de vérification des quelque 2 600 procédures de vol utilisées dans l’ensemble de l’espace aérien allemand. Les nouveaux systèmes autorisent souvent l'enlèvement des radiobalises. 17 ont été démolies depuis 2002 ; 20 autres, sur les 51 appartenant actuellement à DFS devraient suivre d’ici 2032.


Le soutien du BMWK a permis par ailleurs de convertir huit VOR conventionnels en VOR Doppler, moins sensibles aux problèmes techniques.

Personnes à contacter :
DFS, Kristina Kelek, presse@dfs.de, Tel.: 06103-707-4161
BAF, Eva Ramos, presse@baf.bund.de, Tel.: 06103-8043145
BMDV, Tim Alexandrin, tim.alexandrin@bmdv.bund.de , Tel.: 030-18300-7200
BMWK, Susanne Ungrad, susanne.ungrad@bmwk.bund.de; Tel.: 030-18615-6133
PTB, Jens Simon, jens.simon@ptb.de, Tel.: 0531-592-3005

La SARL DFS Deutsche Flugsicherung GmbH est une entreprise de droit privé, relevant de l’État fédéral, qui employait 5600 salariés au 31 décembre 2021. DFS est garant de la sécurité des vols et du respect des horaires. En année de pointe, ses 2200 contrôleurs aériens guident plus de trois millions de vols dans l’espace aérien allemand, un nombre qui peut atteindre 10 000 par jour. L’entreprise possède des centres de contrôle à Brême, Karlsruhe, Langen et Munich ainsi que des tours de contrôle dans les 15 aéroports internationaux que compte l’Allemagne. Sa filiale DFS Aviation Services GmbH commercialise des produits et des services associés à la sécurité aérienne et est responsable du contrôle du trafic aérien à neuf aéroports régionaux allemands ainsi qu’aux aéroports de Londres-Gatwick et d’Édimbourg. DFS joue un rôle de premier plan dans l’intégration des drones au trafic aérien et a fondé avec Deutsche Telekom la coentreprise Droniq GmbH. Sa filiale R. Eisenschmidt GmbH diffuse des publications et des produits pour l’aviation générale, Kaufbeuren ATM Training (KAT) est une société de formation de personnel pour la sécurité aérienne militaire, tandis que la coentreprise FCS Flight Calibration Services propose des services de mesures aéronautiques.  

www.dfs.de